La traduction de sous-titres

La traduction est l’activité intellectuelle qui consiste à transposer un texte d’une langue vers une autre. Elle ne consiste pas à traduire des mots, mais du sens. Le sous-titrage est une technique liée aux contenus audiovisuels, notamment cinématographiques, qui consiste en l’affichage de texte au bas de l’image, lors de la diffusion d’un programme, comme un film. La traduction de sous-titres, c’est transposer un discours oral à l’écrit. Le style doit être synthétique sans être télégraphique et concis sans être pauvre. Le texte, qui se superpose à l’image en bas de l’écran, doit obéir à de fortes contraintes de lisibilité et se faire le plus discret possible. Dès lors, tout l’art du traducteur consiste à rédiger des sous-titres clairs et fluides qui respectent les niveaux de langue ainsi que le rythme des répliques.

La traduction de sous-titres: les 3 étapes du métier

Le métier de traducteur sous titreur se divise en 3 étapes communes.

En premier lieu, “le repérage”, travailler à partir d’un fichier vidéo et d’une transcription des dialogues, établir la durée de chaque sous-titre grâce à l’aide d’un logiciel professionnel et à l’image près, le point d’entrée et le point de sortie. Ensuite, “la traduction”, le fichier vidéo est reçu par le traducteur, les dialogues faisant apparaître le découpage des sous-titres, ainsi que le fichier du repérage. Il peut alors commencer à traduire
l’œuvre. Cette étape est aussi appelée « adaptation », car elle diffère beaucoup d’une traduction littérale. Pour finir, “la simulation”, une fois la traduction achevée, le traducteur se rend au laboratoire et visionne les sous-titres tels qu’ils apparaîtront à l’écran avec un technicien (le simulateur) ou un autre auteur et, dans la mesure du possible, en présence de son commanditaire. Cette étape est cruciale, car la présence d’un œil neuf et extérieur permet de peaufiner l’adaptation. En outre, c’est la dernière occasion de corriger les dernières erreurs.

Des bonnes conditions de travail pour un travail de qualité

Pour un bon résultat, il faut du bon matériel, et des conditions de travail de qualité. Voici quelques éléments indispensables qui permettront de travailler dans des conditions optimales et de fournir une bonne adaptation. Premièrement, il faut des supports matériels fiables. Il est crucial d’avoir un fichier vidéo de bonne qualité, en particulier pour le son. Il est tout aussi essentiel d’avoir une transcription fidèle des dialogues de la version originale. Deuxièmement, un locuteur natif est indispensablepour revérifier les textes pour n’importe quelle langue. Dernièrement, un traducteur est toujours mis sous pression pour réaliser les traductions dans un lapse de temps très court. Alors, des délais raisonnables permettront aux auteurs de réaliser une adaptation de qualité. Ils peuvent varier en fonction de la densité des dialogues, de la difficulté du support et de l’ampleur des recherches à effectuer.

Les indispensables du métier

Pour réaliser le métier de traducteur, des atouts indispensables sont demandés.
D’une part, une excellente connaissance de la langue source et des cultures est cruciale. L’auteur doit savoir saisir toutes les subtilités de la langue qu’il traduit, mais aussi de comprendre les expressions régionales. Il doit connaître l’histoire, la culture du pays d’origine de l’œuvre afin, par exemple, de décoder l’humour ou d’identifier les références culturelles et les niveaux de langue. Ce qui rejoint forcément une maîtrise parfaite de la langue cible. Il n’y a que dans sa langue maternelle que l’ auteur possède toutes les subtilités nécessaires pour améliorer un texte. Certaines personnes sont à l’aise dans plusieurs langues ; cependant, à l’écrit, il est très rare d’en maîtriser deux parfaitement. Un professionnel ne traduit donc que vers sa langue maternelle. Un traducteur est amené à faire beaucoup de recherches pour ses œuvres, alors une maîtrise des techniques de recherche indispensables.

Les études à réaliser

La traduction et l’interprétation exigent presque toujours un niveau bac + 5. Avec 3 ans de licence en LLCE, puis un MASTER en traduction, sous-titrage.

 

Pour plus d’informations, contactez-nous par mail : contact@towords.fr